L’aquaponie: des légumes et … des poissons !

Dimanche matin, 9H, il est temps de se lever. J’ai rendez-vous avec deux adeptes de l’aquaponie qui se sont lancés dans ce type de culture il y a deux ans, deux jeunes pour porter haut les couleurs de leur projet. Explications.

Non, l’aquaponie n’est pas une nouvelle drogue exotique… Quoi que. 

L’aquaponie (d’aquaculture et hydroponie) mélange la pisciculture et l’agriculture. Elle est réalisée sur un substrat neutre (souvent des billes d’argile). Le principe est donc de faire pousser son potager sur un élevage de poissons en utilisant les poissons pour nourrir les plantes. Ca se passe comme ça :

  • Les poissons vivent et sont nourris dans un bassin sous le potager.
  • Leurs déjections sont récupérées par une pompe et dispersées dans de l’eau dans le bac du potager.
  • Dans le bac du potager, on trouve des billes en argile. A l’intérieur de petits trous d’air, les excréments se transforment en nutriments et les plantes s’en nourrissent, principalement du nitrate.
  • L’eau, une fois filtrée par les plantes, retourne dans le bac des poissons, propre.

Capture d’écran 2015-08-30 à 13.19.46

Les intérêts de l’aquaponie

Tout d’abord, l’aquaponie est ludique. C’est bien plus marrant de cultiver son potager en ayant des poissons à nourrir et à regarder que de simplement cultiver un petit potager. Ensuite, l’entretien de ce genre de potager est plus facile, pas de terre à retourner ni de pelles et râteaux à utiliser, il suffit de bien utiliser les billes d’argiles. De plus, les poissons utilisés en aquaponie peuvent être mangés, par exemple des truites (attention tout de même, l’aquaponie se fait uniquement en eau douce… ). Enfin, le produit est sain et de meilleure qualité !

Il y a également un intérêt écologique à la chose. De par son fonctionnement et la réutilisation de l’eau, déjà, mais aussi par le fait que l’utilisation de pesticides, fongicides et autres est totalement proscrite, ils tueraient les poissons.

L’aquaponie aux portes de chez vous !

Il est possible d’installer un bassin aquaponique chez vous. Nos deux jeunes aquaponeurs, Loïc et Sébastien, m’ont expliqués que pour la somme de 600€, on pouvait acquérir un « Aquapostart », soit 1m² de culture et 1m³ d’eau avec le système pour pratiquer chez vous. L’intérêt est aussi de partager ce genre d’installations avec vos colocataires, voisins et amis ou de créer des potagers, voire même des serres communautaires, un des projets de « Selon », le projet de Loïc et Seb.  

« On peut aussi utiliser l’aquaponie dans les écoles en plus petit format pour apprendre le cycle de la vie aux enfants, ça joindrait l’utile à l’agréable ! », nous explique Loïc.

Capture d’écran 2015-08-30 à 13.52.06

L’aquaponie dans l’industrie, jusqu’à un certain point …

Pour les producteurs de légumes ou de poissons, l’aquaponie pourrait être une mine d’or. Il permet de cumuler une double production et de réduire la consommation en eau pour l’élevage de poissons et la culture des légumes. Quand on sait qu’un tiers des poissons consommés dans le monde sont issus d’une aquaculture pollueuse à souhait, c’est peut-être pas plus mal. Certaines entreprises, comme « Urban Farm » en Suisse, l’ont bien compris et utilisent l’aquaponie afin de produire du poisson de qualité et des légumes hauts en couleurs. Ils se rapprochent du consommateur en livrant les légumes frais du jour aux restaurants de la région. On sait d’où ça vient, comment c’est fait et que c’est bon pour la planète… Et pour nous !

Mais, il y a un « mais ». Les américains ont bien compris que ce genre de production rapportait plus et ont déjà lancé de gigantesques projets d’aquaponie, consommant certes moins d’eau, mais constamment éclairés par de la lumière artificielle et avec des poissons élevés selon les normes de l’aquaculture, soit une densité de poisson énorme dans des bassins trop petits. De l’industrie à l’américaine en somme…

« Quand le système est poussé trop loin, la magie se perd et la vie avec. Le but n’est pas de faire du profit à tout prix, mais de rapprocher les gens entre eux ou au moins de les rapprocher du producteur », nous raconte Sebatien.

Ludique, facile et amusant, l’aquaponie a tout pour séduire mais comme toujours, si elle est exploitée de manière abusive, tout se perd, rien ne se crée et rien ne se transforme…

Pour des informations : http://www.selon.co/

Raphaël 

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply