Un bal très « populaire » à la maison Haute

Vendredi passé a eu le traditionnel bal du bourg… euh le « bal populaire » à la place Wiener. Une fête sympathique mais qui pose question. Victor vous montre ses photos et vous propose ses réflexions. 


Il est 18h15 sur la place Keym, c’est là que j’avais donné rendez-vous à Thibault. On s’était dit le jour même qu’on allait passer au « bal populaire » pour voir l’ambiance. On a beaucoup ri en voyant le nombre de publicités pour le bal sur la place et aux alentours. Bref, Thibault et moi montons dans le 95 direction la Maison Haute. 

Arrivés sur place, on a trouvé l’ambiance sympa. Il y avait un magicien pour les enfants, un groupe qui jouait dehors, et un autre qui se préparait à accompagner les chanteurs d’un soir désireux de montrer leurs talents au karaoké. Il y avait aussi de la bière ce qui, avouons le, nous pousse toujours à rester plus longtemps. En plus elle était servie dans des nouveaux gobelets en plastique réutilisable. La bière a toujours meilleur goût quand elle n’a pas celui de la pollution.

On a aimé voir la présence de plusieurs associations dont A.S.A Saint Hubert (l’équipe de basket) ainsi que le Relais du Triporteur (le resto social de la rue Middelbourg et son épicerie) et la ferme du Chant des Cailles qui vendaient des produits locaux ou de la nourriture cuisinée de manière consciencieuse. On a moins aimé le gros projecteur avec les « sponsors » de l’événement (était-ce vraiment nécessaire?) mais passons. 


A ce bal étaient présents beaucoup de salariés de la fonction publique et de personnalités locales (dont certaines politiques) même si on a constaté une ouverture désirée vers les citoyens. Il y avait toutefois quelque chose d’étrange dans l’ambiance comme si l’on essayait de cacher, de gommer l’image politique de cet événement. Ce n’est pas pour rien que le « bal de la bourgmestre » est devenu le « bal populaire » après les élections. Le bal du bourgmestre n’est-il pas une tradition belge? N’y a-t-il pas des bals de ce type partout en Belgique? N’organise-t-on pas d’ailleurs des bals pour toutes sortes de raisons? Je pense que l’on pourrait et devrait assumer ce genre de fêtes. Plutôt que de cacher la politique au citoyen il faudrait peut-être leur en faire profiter le plus possible. 

Peut-être que je me trompe ou que je suis encore naïf, pourtant j’ai l’impression que la politique (entendue au sens de la vie de la cité) doit se vivre au quotidien et non tous les 6 ans. Plutôt que de cacher la/le/les politique(s), ne devrions-nous pas, dans ces temps actuels de crise et de changements, re-politiser tout l’espace public? Evidement, on pourrait se demander l’importance des partis (parfois régionaux) dans une réflexion politique locale et quotidienne mais bon, là on serait partis pour refaire le monde… 


Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply