Les daims du parc de la Héronnière ne sont pas en grande forme

Voilà 20 ans que nous sommes habitués à la présence de ces invités particuliers à Watermael-Boistfort. 20 ans qu’une petite dizaine de daims se baladent dans leur enclos du parc de la Héronnière, mais aujourd’hui, certains internautes s’inquiètent de leur état de santé, et ils n’ont pas tout à fait tort. 

Mais, qu’est-ce qu’ils ont ? 

Les daims du parc de la Héronnière vont mal. Sur certaines photos, on peut apercevoir des plaies et des kystes à l’œil nu. Serge Kempeneers, directeur de la division des espaces verts – Bruxelles environnement, nous rappelle que ces animaux vivent dans un enclos hors ce sont des animaux qui sont normalement destinés à vivre en forêt sur des surfaces largement plus grandes que les deux enclos mis à leur disposition dans la commune. Le suivi de leur alimentation ne suffit pas à les maintenir en forme ni à les soigner. Ils sont dans un état normal pour un animal sauvage maintenu en captivité. 

IMG_3346

Un des soucis, c’est nous

Une des raisons qui fait que l’état de santé des daims se dégrade est tout simplement du aux promeneurs. Les déchets et la nourriture amenés par les usagers du parc (Pain, sucreries, …) sont nuisibles aux animaux. Nous avons donc un moyen de les aider : ne rien leur donner à manger !

Dans l’avenir, qu’en adviendra-t-il ? 

Selon M. Kempeneers : « La présence des daims est incongrue et devrait évoluer, peut-être vers un autre type d’animaux qui correspondent mieux à l’agriculture urbaine et l’alimentation en ville comme des chèvres ou des moutons. ». Nos daims sont donc voués à disparaître, mais pas de panique, ils seront remplacés ! Pour le moment, rassurez-vous, les vétérinaires de Bruxelles Environnement sont sur le coup ! 

Les animaux en captivité, toujours une question sensible

Nous sommes allés nous rendre compte par nous même de l’état de santé des daims du parc de la Hérronière et une de nos constatations, au delà du fait qu’ils ne soient pas dans un état impeccable, c’est qu’ils ont l’air de s’ennuyer. Ils ne sont pas fait pour vivre en cage au milieu d’un environnement qui est, certes vert, mais qui n’est pas le leur. 


Les animaux sauvages à Bruxelles, une problématique plus large

Qui n’a jamais vu un renard en rentrant chez soi une fois la nuit tombée n’est pas Boistfortois ! En effet, Boistfort est une commune où les animaux sauvages nous côtoient souvent. La majorité d’entre eux nous viennent de la forêt de Soignies richement peuplée de gibier, renards ou autres sangliers. Ces derniers sont très souvent attirés par la ville à cause des déchets de nourriture que nous laissons traîner derrière nous ou encore par nos poubelles que l’on retrouvera parfois éventrées par un renard affamé. Je ne peux que vous conseiller de visionner le documentaire « Bruxelles Sauvage » réalisé par Bernard Crutzen dont la conclusion nous ouvre une voie de réflexion :

« Je suis convaincu qu’il faudra fixer une limite à la cohabitation hommes-faune, sinon les autorités seront obligées de mettre à mal la tolérance qui prévaut aujourd’hui (…) et que les animaux sauvages soient chassés de Bruxelles pour s’y être installés de manière trop visible.« 


Source des propos de Serge Kempeneers: http://www.telebruxelles.be/news/watermael-boitsfort-les-daims-du-parc-de-la-heronniere-ne-sont-pas-en-forme-2.


Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply