Artishirt: entre entreprise, art et développement durable

Chaque année, L’ASBL Les Jeunes Entreprises (LJE) lance sa campagne de mini-entreprises dans toute la Belgique. Wallonie, Flandre, Bruxelles, toutes les écoles du pays sont conviées à participer. Pour en parler, j’ai rencontré les jeunes d’une mini-entreprise boistfortoise du collège Saint-Hubert : « ArtiShirt ».

There is no planet B

« Il n’y a pas de plan B pour la planète » est le thème que les djeuns d’ArtiShirt ont donné aux artistes qui ont contribué à la création de leur produit. Pour créer ce produit, les mini-entrepreneurs ont contacté des artistes étudiants dans des écoles d’art pour designer leurs t-Shirts. En plus, le t-Shirt est bio, fair trade et assure la promotion de jeunes artistes bruxellois désireux de se faire connaître.
08022015-artishirt_3

Samon, administrateur délégué, nous explique « On a longtemps réfléchi au produit. On voulait faire quelque chose qui soit beau mais qui respecte aussi l’environnement, c’est quelque chose qui nous tient fort à cœur. » C’est pour cette raison que leurs t-shirts sont réalisés en coton biologique.
En plus de respecter la planète, les jeunes voulaient que leur t-Shirt respecte les producteurs. Il est donc également fair trade. Julie, la responsable communication, nous raconte: « On a vraiment cherché à faire un produit qui soit sensé. Même la peinture est respectueuse de l’environnement. »

Mais, selon eux, la  vraie valeur de ce t-Shirt tient dans le tremplin qu’il offre aux jeunes artistes ayant participé à l’aventure. Hans Haugaard, designer d’un t-Shirt de la première collection, nous fait part de son ressenti: « ArtiShirt ça a été une aventure géniale, ils ont créé un produit qui faisait passer un vrai message et qui nous permettait de nous exprimer. C’est génial. »
Et ça a marché ! Lors du vernissage de la mini-entreprise, les artistes venus simplement exposer leurs œuvres les ont souvent… vendues !

ArtiShirt, une aventure… pas comme les autres?

L’avantage de la mini-entreprise, ce n’est pas que le côté apprentissage entrepreneurial ou le fait de savoir gérer une compta c’est aussi, selon l’ASBL Les Jeunes Entreprises, une aventure humaine. On a apprend à travailler en équipe, à pouvoir compter sur les autres, ce qui peut être vraiment génial. Les jeunes d’ArtiShirt ont réellement appris à se connaître et à apprivoiser les défauts et qualités de chacun. Il faut dire qu’ils ont fait un pari plutôt osé : Prendre des coachs externes. Au lieux de rester dans les rails de LJE, ils ont eu un regard peut-être moins professionnel mais original.
« Le but au départ, c’était de faire du profit… Par exemple pour le packaging, ils nous ont orienté pour que ce soit plus rentable. Mais globalement LJE ne nous a jamais empêché de prendre une décision ou influencé outre mesure. » Un bilan positif, donc. On espère juste que LJE contribue effectivement à créer une nouvelle génération d’acteurs économiques plus conscients et humains. J’entends par là ne pas les retrouver dans 10 ans à la tête du conseil d’administration d’une multinationale, mais bien d’une entreprise écologiquement et socialement responsable, misant par exemple sur l’économie réelle, durable, et pourquoi pas… locale?  

Artishirt, entreprise, mini-entreprise, LJE

Cet article a été écrit, pensé et mis en page par Raphaël. Merci à lui!

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Comments

Comments are closed.