Kenbé Fem: un voyage de Watermael-Boitsfort à …

Dans l’article « Watermael-Boitsfort, je participe! » de ce mois-ci, je vous parlais des Jazz au marché et de l’ASBL Kenbé Fem. Par curiosité, on a été voir et on a rencontré Cristophe (Tof pour les intimes) un des fondateurs de l’association, qui nous a expliqué plus en détails ce qu’ils faisaient. Interview.

Dis Tof, Comment est né Kenbé Fem? 

Pour la petite histoire, tout cela a débuté en 89 quand je suis parti en Haïti avec les scouts pour la première fois. Depuis 1989, on a gardé des contacts, y a eu des projets et d’autres voyages ont été organisés. A l’époque, ce n’était pas de manière structurée, c’était plus une « association de fait ». En janvier 2010, lorsqu’il y a eu le tremblement de terre en Haïti, nous avons essayé de structurer un peu les différentes initiatives qui naissaient dans la commune.

A ce moment-là on a organisé un gros événement à la Maison Haute qui a super bien fonctionné. Il nous a permis de récolter pas mal de fonds. Il y a beaucoup de gens qui sont venus, qui nous ont fait confiance. Du coup, on s’est dit qu’il fallait pérenniser les choses, et nous avons fondé l’ASBL.

 

 

Et les projets dans tout ça?

Nous sommes sur beaucoup de projets. Celui où la plupart des fonds sont utilisés, c’est dans une école primaire à Port-au-Prince, l’école Léa Kokoyé. Nous finançons les salaires de tous les professeurs. Parce qu’il faut savoir que toutes les écoles ne sont pas financées. L’école est reconnue par le ministère depuis deux ans, mais il n’y a quand même pas un sou qui arrive pour les salaires. Pourtant, ces gens doivent être payés et c’est une école où il y une centaine d’enfants. On travaille aussi avec une autre école, où on a un projet de correspondance avec les écoliers de La Sapinière. Là les professeurs sont rémunérés mais on prend en charge le matériel et les manuels scolaires, et nous développons pour l’instant un projet de cantine pour que les enfants aient à manger le midi. C’est plus un soutien logistique. On a d’autres projets avec Apolect (l’Action POur la LECTure) et qui promeut la lecture par des aides, du soutien scolaire, l’organisation d’une foire de la littérature jeunesse pour rencontrer des auteurs Haïtiens, etc. On travaille également avec l’Association des Jeunes pour le Développement de Corail. Des scouts de Boitsfort qui sont partis il y a deux ans là-bas et cette année-ci des routiers de Liège partent pour faire des animations avec les enfants et les associations qui existent sur place. On fait aussi du commerce équitable avec des oeuvres d’artistes locaux qu’on essaye de vendre ici. 

Pour découvrir plus en détail tous les projets de Kenbé, n’hésitez pas à aller voir sur leur site ! 

Et vous vous financez comment? 

On a d’abord toutes les personnes qui nous font des dons réguliers. Merci à eux. On a aussi les Jazz au marché, qui sont nos événements structurés et récurrents. On a aussi d’autres événements pendant le restant de l’année, local qu’on achète sur place et qu’on revend ici. Il vient en grande partie des artisans et artistes du village de Noailles. A la longue ce sont vraiment devenus des amis, et c’est l’occasion de mêler commerce équitable et milieu associatif.

Nous sommes tous bénévoles dans Kenbé, et grosso modo nous avons 8% de frais de structure et tout le restant est reversé dans nos projets. Comme il n’y a pas de salaires à payer ici, pas de local permanent, cela nous coûte juste du temps et on peut envoyer un maximum sur place.

Mais alors au fond… Pourquoi ça Jazz au marché? 

Les Jazz au marché existaient déjà avant. En discutant avec l’Echevinne de la Culture, nous nous sommes rendus compte que cela nous permettait de récolter des fonds pour nos projets en prenant en charge l’organisation. C’est du Win-Win depuis 5 ans et le partenariat continue.

Comment vous trouvez les artistes qui jouent ici? 

C’est essentiellement moi. On choisit au coup de coeur, en rencontrant des gens, et puis avec le succès que les Jazz commencent à avoir, il y a des demandes qui arrivent toutes seules.

DSC_0615

Si cela t’intéresse, sache qu’il y a un Jazz au marché dimanche prochain (le 17/05), ainsi que le 24/05, le 07/06 et le 14/06. Nous revenons le 21 juin pour clôturer les fêtes de la musique à Boitsfort. Pour ton information, les fêtes de la musique sont une collaboration avec la commune de Watermael-Boitsfort, la Vénerie, la Maison des Jeunes, l’ASBL La Brique (dont on t’a déjà parlé), l’ASBL Pile à l’heure et Kenbé Fem. Tout Watermael-Boitsfort y sera ! 

Ah oui, et Kenbé Fem, en créole haïtien, ça signifie « rester debout ; faire face, dignement »… Ce que Tof et Kenbé font au quotidien. On se voit à la Maison Haute dimanche pour un café, une petite bière ou un mojito  ?

Victor et Diego

EDIT: Malheureusement nous n’avons pas pu rester jusqu’au bout de la performance, mais Manon a enregistré un petit bout de Bernard Degrave et ses amis pour nous. Peut-être qu’elle écrira bientôt un article pour nous? En tout cas on l’espère! Faites vous plaisir… au fil de l’eau!

 

Et voici les photos: 

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print