(Re)tour au Bercail: du fromage originaire de l’avenue Wiener?!

Ce dimanche 22 mars, je me suis rendue au 22 avenue Léopold Wiener pour les portes ouvertes du Bercail, un coin sympa et secret de Watermael-Boitsfort où se côtoient d’étranges animaux. A ma grande surprise nous étions nombreux à nous être déplacés en famille ou entre amis pour découvrir les coulisses de la production des fromages que j’avais déjà pu gouter tout au long de l’année 2014 (merci maman!).

A la ferme comme à la ferme!

C’est sous un soleil timide que je découvre les 6 hectares de prairies et de vergers situés derrière l’ancien couvent des sœurs de Sainte Anne. Au programme, visites de la bergerie et de la fromagerie, dégustation des premiers fromages, goûter participatif, informations sur les abonnements aux paniers de la voie lactée et lâcher des moutons dans le verger.

Entre deux bouchées de ce délicieux aliment (qui est encore meilleur parce que affiné à côté de chez moi), j’entends parler français, néerlandais mais aussi anglais… Beaucoup d’enfants s’activent pour planter les nouveaux pommiers avant que les moutons ne découvrent leur nouvelle prairie sur le coup de 17 heures. Une dame m’explique alors qu’avant de mettre l’arbre en terre, on trempe ses racines pendant deux minutes dans le pralinage (un mélange d’eau, de terre et de purin). Comme quoi, même en ville, on peut apprendre des bonnes vieilles techniques d’agriculture.

Qui dit Bercail dit Chant des Cailles

Aujourd’hui nous avons découvert la fromagerie, la bergerie et les vergers, mais la ferme du chant des cailles (dont le Bercail dépend) c’est bien plus que ça! En fait, c’est un projet récent puisqu’elle fut fondée en 2012. Ses trois ambitieux fondateurs ont pour objectif de promouvoir l’agriculture biologique et de montrer aux habitants qu’elle peut être viable. C’est aussi un moyen de réfléchir aux enjeux auxquels doit faire face la société actuelle. Pour découvrir les plantations de plantes médicinales, le jardin collectif du chant des cailles et la ferme maraichère « Les maraichers des cailles », il faut se rendre sur le chant des cailles même, terrain qui longe l’avenue des cailles. Le Bercail, lui est le « pôle élevage » du projet.

Au-delà de ce que l’on voit…

C’est aussi son caractère urbain qui fait du bercail un endroit si agréable à visiter car on ne soupçonne pas l’étendue du terrain à découvrir lorsque l’on passe la grille à gauche de la résidence sainte Anne. J’apprends que l’année précédente, les bergers de la ferme du chant des cailles ont vendus 8000 fromages. Pour 2015, avec l’agrandissement du troupeau et la création d’une cave d’affinage, ils espèrent non seulement doubler la production de fromages mais aussi en produire des différents.

Je termine ma visite en passant devant Santos, le cheval du bercail m’a-t-on dit. Les rumeurs disent qu’il aurait 30 ans ou 90 ans en âge humain. Bref, une après-midi qui se conclut par une belle leçon de vie pour les jeunes et une belle découverte pour tous.

 

Si vous voulez en savoir plus, consultez le site du chant des cailles et visionnez leur vidéo récemment mise en ligne: http://www.chantdescailles.be/ et https://www.youtube.com/watch?v=BOx_IfecrL8

Article et photos par Marie S. 

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print