La MJ et ses copains de la ville.

« Watchaaaaaa », « Boitsfort et joue bien » sont deux événements illustratifs d’une nouvelle Maison des Jeunes (MJ)  sur Watermael-Boitsfort. C’est sans aucun doute avec une résonance Hip-Hop que la MJ mène ses missions à bien. Depuis 1973, la MJ a pour but de faire fructifier le dynamisme des jeunes de la commune. On apprend en jouant, en rigolant, en chantant, en dansant, et c’est bien cet ensemble de choses qui font vivre une MJ. Explications.

Une affaire de déménagements

En 1973, la MJ reçoit des subsides pour la première fois au sein de la commune. Elle s’implante d’abord dans les locaux du stade des trois tilleuls où elle restera une dizaine d’années et verra se succéder différents animateurs. Cette période ne porte pas les plus belles années de la MJ et celle-ci décide alors de changer son image en changeant de quartier général. Elle s’installe dans une petite maison rue du Ministre où elle ne restera que quelques années. « C’était une maison de particulier aménagé en MJ », trop petite pour accueillir tous les jeunes de la commune. La MJ déménage une nouvelle fois place Léopold Wiener où elle se trouve encore actuellement. D’école maternelle, la bâtisse se mue en lieu d’accueil de jeunes! C’est une maison splendide avec une capacité d’exploitation allant jusque dans les sous-sols. Aujourd’hui, la maison se rénove petit à petit avec l’installation d’une cuisine, la rénovation de la cave (qui se trouve au niveau de l’ex cours d’eau du “Dilbeek”). Durant ces années, un nombre considérable d’animateurs et de coordinateurs s’y sont succédés. Depuis 6 ans toutefois, l’équipe d’anims’ est resté plus ou moins stable même si plusieurs coordinateurs se sont passé le flambeau.

535267_171654286293374_750936758_n


La MJ et ses activités

A la MJ, les jeunes sont constamment encouragés à produire, innover et amener pleins d’idées sur la table. Que ce soit un voyage, une p’tite fiesta du vendredi, une répet’ dans le studio, si il y a l’envie et l’énergie, tout y est possible !!! Une belle équipe d’animateurs et de coordinateurs sont là pour ouvrir les portes à leurs idées et les aider à se construire un réseau social.

Sur le terrain ça se présente comment ? Allez, je lance le gros morceau dès le début : à de nombreuses reprises, la MJ a pu partir à l’étranger grâce à diverses connexions établies au préalable. Par exemple, un voyage au Sénégal fut organisé à la fois par les jeunes et l’équipe de la MJ. Ils ont pu participer pendant un petit séjour à la vie quotidienne des banlieues de Dakar, notamment à Pikine (au nord-est de la presque-île, c’est là que les premiers habitants de la capitale se sont installés il y a plusieurs siècles). Après un voyage enrichissant et briseur de préjugés, l’échange a pu continuer en invitant les hôtes sénégalais à la commune et partager les saveurs du pays avec les habitants boitsfortois. La Mj et différents groupes de jeunes y sont par la suite retournés. A l’international, les missions de la Mj perdurent, offrant aux jeunes la possibilité de  mettre en avant leurs qualités et en partageant les différentes thématiques. Dernièrement, des jeunes sont partis mélanger plaisir et découverte du graffiti au Québec. Le graffiti est le côté visuel du mouvement Hip-hop à travers l’expression de phrases ou de « blases » écrits dans les rues, ou même sur les trains et autres transports publics. La Mj donne ainsi aux jeunes l’opportunité d’en apprendre plus sur ce mouvement et propose même certains ateliers pour ceux qui voudraient s’essayer à cet art en toute sécurité et légalité.2013-10-29-13.09.221

Grâce à un travail structurel, les anims’ et le coordinateur ont pu également faire grandir plusieurs projets hebdomadaires.  Une séance de Qi-Gong a ainsi été mise en place tous les mardis et jeudis. Le mercredi, la MJ maintenant appelée « MJWB », accueille les jeunes après leurs cours. Des activités telles que du football, de la danse ou des ateliers d’écriture y sont ouverts. Un point m’a fortement intéressé : la danse. Cette activité lancée par Morad avait pour objectif d’amener un peu plus de présence féminine dans la population des « copains ». Avant, le seul cours de danse existant était tourné (encore une fois) vers le Hip-hop, à travers la breakdance. L’équipe à voulu ouvrir un peu plus les portes. Dans la salle du bas, des cours de danse classique sont maintenant disponibles! De plus, les tendances d’autres mouvements musicaux font vibrer la Mj lors de soirées Latina au rythme de la Salsa, de soirées plus rock, etc. La danse parait être une méthode de travail social qui fonctionne et résonne chez les jeunes.

Tout ça m’amène à vous dire très chère lectrice(eur) –de mon premier article- que “MJWB” rouvre ses portes aux ateliers, à son studio et à pleins d’autres choses le 16 janvier 2016. N’hésitez pas à y jeter un coup d’œil !

Isaac


Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply