Poèmes de la place Keym. N°2 : Vie de nuit.

Il est interdit de circuler sur le chantier, de cette plaine sale et désolée
Les fils sont coupés, et le tractopelle les scrute d’un air résigné
Ce sont des peintres sous un rayon de lune
La loi est contournée mais leurs bombes ne tuent pas
Ils s’élèvent et contemplent
Le calme, la nuit, un chat gris ?
Un désert urbain bientôt repeuplé
Et leurs oreilles téméraires distinguent les chocs pressés de deux talons sur le bitume
Vite, une bouffé d’adrénaline, puis ils dispersent des pigments colorés
Le lendemain, des mines barbouillées découvrent ces lettres gribouillées
« Chacun vit sa vie »


12829108_465981190265259_2977848772480374413_o


Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply