Chère madame la ministre, Nous rêvons peut-être ?

La ferme du Chant des Cailles* est un projet qui fait couler beaucoup d’encre. L’antenne de TOUT AUTRE  CHOSE/HART BOVEN HARD de Watermael-Boitsfort a décidé d’écrire un courrier à la ministre de l’environnement Céline Frémault. En voici une copie. 


Madame,

Nous rêvons  peut-être ?…

Un nombre sans cesse croissant de citoyens de notre commune s’implique dans un projet humain qui nous tient à cœur : Le champ des Cailles. Quand ce ne serait qu’à ce titre, il nous semble important d’en tenir compte ; pour que la ville garde son humanité, ne faut-il pas que ses habitants soient au centre de projets qui les concernent ?

Mais c’est aussi bien plus que cela. Nous avons la faiblesse de croire qu’il fait partie de ces projets qui sont une réponse positive à notre monde dans tous ses états.

Le nombre de gens qui viennent visiter le champ des Cailles est sans cesse croissant, et ils en repartent subjugués par la beauté, la richesse et l’humanité de ce projet. Comment ne pas l’être en effet ? Y a-t-il plus belle réponse aux grandes questions de notre temps qu’une action dépouillée de tout égoïsme, dirigée par une idée généreuse, ne cherchant de récompense nulle part, et laissant sur ce monde une marque visible ?

Nous savons qu’au départ, ce champ n’était qu’un prêt, qu’il était destiné un jour à la construction de logements. Mais très rapidement, le projet a pris une ampleur inattendue. Il est devenu une aventure qui ne demande qu’à se déployer plus avant ; toute une dynamique s’est mise en place, qui crée du vivant, qui crée des liens, et qui répond aux désirs et aux besoins des habitants de la commune ; il fournit une épicerie participative, il propose des ateliers, il reçoit la visite des écoles, il est un lieu de rendez-vous, de fêtes ; personne ne s’attendait à ce que le champ des Cailles devienne ce qu’il est aujourd’hui.

Nous avons vu « Demain », ce film aux accents salutaires, porteurs d’espoir. Et nous pensons vraiment que le champ des Cailles est un écho pour « Demain », la part du rêve que nous portons tous en nous : celui d’un monde qui trouve de vraies réponses aux questions fondamentales d’aujourd’hui. Ce champ est une chance pour demain. Un demain qui a besoin d’utopies, et de personnes qui croient au bien-fondé de ces utopies, nous voulons dire, de personnes comme vous, qui avez le pouvoir d’indiquer la voie, de changer le cours des choses.

Oui, nous pensons que le champ des Cailles porte tout cela en lui.

Mais il est question de l’amputer d’un tiers de son espace. Bien sûr, nous savons aussi que Bruxelles doit absolument augmenter son offre de logements. Mais faut-il, pour régler cette question, réduire, même partiellement un chant d’espoir ? Nous sommes certains qu’il y a d’autres solutions possibles. Nous en avons tous tellement besoin.

Nous mettons notre rêve et nos espoirs entre vos mains. Nous savons vos engagements ; nous applaudissons votre belle initiative « Good food ». Nous pensons que le champ des Cailles va dans le même sens.

Merci d’avoir pris le temps de nous lire,

Bien à vous,

L’antenne Watermael-Boitsfort du mouvement « Tout autre chose/Hart boven hard ».

Céline Fémault

Source : Morgane Delfosse sur le site de Céline Frémault


* Créée en 2014, la ferme du ChaNT des Cailles est une ASBL Bruxelloise ayant pour but de mettre en place une « agriculture agro-écologique urbaine de proximité ». L’association tire son nom d’un chaMP situé sur l’avenue des Cailles à Watermael-Boitsfort mais est aussi active notamment dans le logis et sur l’avenue Wiener. L’association se divise en 5 poles. Il y a trois pôles professionnels (Les Maraichers, Le Bercail et Herbae) et 2 pôles citoyens (Le Jardin Collectif et Le Quartier Durable). Plus d’informations sont disponibles sur leur site.

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply