Live : découverte de l’affaire Franz-Inter

Watermael-Boitsfort, à la veille de Noël. Depuis 2 jours, un habitant de la commune fait le buzz sur le web. Ceci est en soi paradoxal puisque Franz ne dispose pas d’Internet et c’est d’ailleurs ce qui lui pose problème. En effet, France Inter, sa radio préférée, a annoncé l’arrêt de la diffusion en ondes longues début 2017. Impossible désormais pour Franz d’écouter ses émissions préférées? Non! A W-B et ailleurs des habitants veulent l’aider. Entre Watermael-Boitsfort et la France, entre connexion Ethernet et ondes Hertziennes, entre jeunes et anciennes générations d’auditeurs radio, What for fait la part des choses. Résumé d’une fracture numérique et Démêlages de câbles. 


Les prémices de l’affaire en France

Notre histoire commence en France. Le 20 décembre 2016, l’ANFR (Agence Nationale des Fréquences Radio) annonce dans un communiqué de presse obscur la fin de la diffusion de la radio France Inter en ondes longues. En déchiffrant l’explication, et en regardant à gauche à droite, on comprend que les fréquences sont limitées. En effet, il y a en France une compétition constante entre les secteurs de diffusion aéronautique, maritime, scientifique, militaire, etc. Et dans cette compétition, les derniers auditeurs de France Inter utilisant les longues ondes sautent. La fréquence 162kHz sera dorénavant utilisée pour synchroniser les horloges françaises à l’heure officielle de la république.

Sauf que France Inter en ondes longues, c’est plus de 6% de son audience. Certain auditeurs sont d’ailleurs entrés en action, et ont lancé (c’est la mode pour l’instant) une pétition en ligne qui a déjà récolté plus de 3700 signatures.

actu-allouis-detail

Entre France et Belgique : Le buzz

Ce qui est intéressant avec les longues ondes, c’est qu’on peut diffuser loin, très très loin, même avec un seul émetteur. Ainsi, l’émetteur d’Allouis (prononcez comme bon vous semble), situé au centre de la France permet à tout le monde d’écouter la radio dans l’Hexagone et même dans les pays limitrophes.

C’est d’ailleurs le cas de Franz, 80 ans, habitant de Watermael-Boitsfort qui a pris son courage à deux mains et a contacté France Inter. L’affaire fait alors le Buzz sur Facebook lorsque la page de l’émission « Si tu écoutes, j’annule tout » publie un mot envoyé par Franz. Il y avoue être un auditeur de longue date et vouloir continuer à l’être, même s’il n’a pas « l’Internet » ni de « satellite ». Le voici :

0001-2

Il est d’ailleurs intéressant de noter que cette émission est animée par deux Belges : Charline Vanhoenacker et Alex Vizorek.

Arrivée à Watermael-Boitsfort et appel à la solidarité

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Suite à l’engouement provoqué par le message de Franz, des citoyens de partout entrent en action. Une page Facebook est d’abord créée, intitulée « Une radio pour Franz« . Jusqu’à présent un voisin serait prêt à prêter son Wifi et une collecte de fonds a également été mise sur pied pour pouvoir offrir à Franz une radio capable de capter ce wifi. Une source nous informe également qu’une habitante de la commune est allée chez lui déposer un mot dans sa boîte aux lettres. Une heure plus tard Franz appelait. Il est au courant et stupéfait de sa popularité.

capture-decran-2016-12-22-a-13-57-34

What for a également été déposé un mot pour entrer en contact avec lui de manière respectueuse. Nous essayerons d’obtenir une interview et vous tiendrons au courant de l’évolution de l’affaire.

Sous les pavés, les câbles… conclusions en guise de réflexion sur la fracture numérique

Cette histoire nous montre bien que même en 2016, la fracture numérique est toujours bien réelle et qu’il ne faut pas aller bien loin pour comprendre que nous ne sommes pas tous égaux devant les technologies. Si en théorie les technologies servent à la création de lien, à l’émancipation, à la réflexion, elles peuvent aussi séparer, diviser et laisser derrière elles une série d’individus qui ne peuvent ou ne veulent s’adapter.

Dans un monde ou tout s’accélère, tout le monde n’est pas forcément prêt ou capable de courir. Et cela interroge évidement What for, qui est présent principalement sur le net et via Facebeurk… Bientôt une édition papier ?

Toujours est-il  que la technologie pourrait aujourd’hui rendre service à Franz. Espérons  que dans ce cas-ci, les réseaux sociaux lui permettent de continuer à écouter ses émissions préférées ainsi que de recevoir un beau cadeau de Noël.


Merci à Sylvain P. Pour l’info transmise à chaud !

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply