De la difficulté de se loger à Watermael-Boitsfort (et à Bruxelles)

J’habite Watermael-Boitsfort (une des communes aisées du sud de Bruxelles) depuis ma naissance. Là, se trouvent ma famille, mes amis, mes habitudes, mes racines. Du coup, en grandissant je me suis toujours imaginé vivre là… Mais quand on voit qu’une maison y coûte maintenant 416.000€ et un appart 255.000€, je me demande pourquoi pas aller habiter Amblève, Commines-Warneton ou Zottegem. 

Dans un contexte bouillonnant à Watermael-Boitsfort (constructions possibles sur le chant des Cailles, à Archiducs, rachat de l’église Saint Hubert) et à Bruxelles (logements vides ou insalubres), je vous propose de vous donner mon avis, et peut-être quelques informations qui vous permettront de construire le vôtre à tête reposée. 

matCrédit photo : mon pote Mat

Les acteurs et leurs avis

En commençant à me renseigner autour de moi, j’ai vu qu’il y avait, comme c’est souvent le cas, trois camps assez polarisés : les pros, les antis, et les paumés comme moi.

Il y a d’abord les prosLes pros c’est ceux qui veulent construire ou plutôt ceux qui pensent que l’on doit construire, qu’il n’y a pas d’autre choix. Leur argument principal est que Bruxelles doit pouvoir loger ses habitants de manière décente et que la pression démographique ne fait qu’empirer. Cette pression (voir ici et ici) aurait plusieurs causes, dont l’augmentation de l’espérance de vie, l’immigration interne à la Belgique (exode rural), et l’immigration internationale.

Ensuite, il y a les antis. Le problème, c’est qu’il y a pleins d’antis différents. Il y a l’anti gaucho qui préfère que l’on rénove les logements vides ou que l’on transforme des bureaux en logements, l’anti écolo qui veut préserver la terre au lieu de la bétonner, l’anti réac qui veut protéger son cadre de vie et son quartier, voire l’anti carrément facho qui veut pas que des immigrés viennent habiter près de chez lui parce que quand même ils sont pas comme nous. Il y a donc une foule d’arguments de côté là. On en retiendra un qui semble rassembler tout le monde : les constructions et principalement les immeubles sont des choses assez irréversibles. Une fois construit, c’est là pour rester.

Enfin, il y a les paumés comme moi. Les paumés sont ceux qui n’osent pas trop parler dans les débats. Les paumés changent souvent d’arguments parce qu’ils ne sont pas sûrs d’eux. Ils sont pris entre des phénomènes qui les dépassent complètement (pression démographique, prix du marché, etc.) et leur quotidien qui les stressent (besoin de se loger, envie d’habiter en ville, près de son lieu de travail). Si toi aussi, tu es un paumé, et particulièrement un paumé watermalien ou boitsfortois, ce qui suit pourrait t’intéresser.

robotVoici ce que l’on obtient quand on tape « portrait robot d’un paumé » sur Google. Pas sûr que ça me ressemble…

Watermael-Boitsfort : une situation paradoxale

Comme on le sait maintenant, la question du logement à Bruxelles n’est pas récente, mais des événements récents viennent attiser la polémique. Watermael-Boitsfort est une des communes les moins denses de la région et de Belgique (même en prenant en compte le fait que la moitié de la commune est couverte par la forêt de Soignes). De plus, il y a chez nous des logements vides, comme par exemple 139 logements sociaux inoccupés. Ils devraient le rester pour quelques années, même si des efforts sont faits et qu’is devraient tous être occupés d’ici à 2020. Que dire des maisons en sous occupation, des églises en voie d’hipsterisation et des bureaux en voie de Trumpisation.

capture-decran-2016-12-01-a-15-15-03La tronche de certains logements au Logis-Floréal. (Photo de moi).

Côté politiques

Plusieurs personnalités politiques à différents niveaux de pouvoir désirent construire à Bruxelles et à Watermael-Boitsfort. La région désire par exemple (via la SLRB et en définitive le Logis-Floréal) construire des logements moins sur le Champ/nt des Cailles ou se trouve la « ferme du Chant des Cailles ». Ensuite, la commune a prévu un plan logement dont l’essentiel des constructions envisagées se trouvent dans la quartier dits des Archiducs, précisément à côté des logements inoccupés. A leur décharge, il est vrai que des signes de rénovation ont commencé au Logis-Floréal, comme le montrent les échafaudage sur l’immeuble au square des Archiducs.

capture-decran-2016-12-01-a-15-13-20Le bel immeuble Hector-Denis au Square des archiducs. Photo prise y a un certain temps. Maintenant, il y a des échafaudages. 

Côté citoyens

Du côté des citoyens, beaucoup n’aiment pas que certaines portes du Logis restent fermées et que les fenêtre soient maintenues par une planche de bois. Deux pétitions circulent pour le moment sur Internet. L’une, centrée sur la préservation du Champ/nt des Cailles, est adressée directement à la ministre du logement, qui est aussi ministre de l’environnement, et a déjà récolté plus de 7.100 signatures.

capture-decran-2016-12-01-a-15-16-02Un père son enfant qui récoltent des légumes, à la cool.

L’autre, centrée demandant aux autorités locales de faire preuve de bon sens pour leur plan logement, arrive bientôt à 2.000 signatures. La commune s’est d’ailleurs sentie obligée de répondre à la pétition. Si vous trouvez que cet article est compliqué, essayez de lire ça. Cela commence à faire du monde, surtout si l’on prend en compte tous les groupes dont les luttes à Watermael-Boitsfort sont liées au béton : amis du chant des cailles, amis de l’hippodrome, Stop.brussels, comité de quartier Berensheide, et j’en passe. Pourtant, la réponse à la pétition indique :

Il semble également opportun de rappeler que sous cette législature communale, seuls deux logements communaux neufs ont été construits (deux logements passifs situés rue des Pêcheries et parfaitement intégrés au cadre du quartier).  Pour le reste, la commune a concentré ses moyens dans la rénovation de biens existants en vue d’améliorer leur confort et leurs performances énergétiques. 

La SLRB (organisme régional) a obtenu un permis d’urbanisme visant à réaliser le projet « Archiducs-Sud »  qui a été initié sous la législature communale précédente et un permis d’urbanisme est également en cours d’instruction pour réaliser le projet « Loutrier » qui a également été initié sous la législature communale précédente.   Les travaux liés à ces deux projets sont envisagés pour 2017.

Si on prend les deux paragraphes, on a les arguments suivants : (1) oui mais on a construit que deux trucs, (2) c’est pas nous, c’est les auts’, allez embêter la région ou la majorité précédente.

Conclusions et envolée lyrique
Et demain… Pour une gestion collective et responsable du bâtit et de l’avenir de notre ville ?

Partout à Bruxelles, on grignote les derniers espaces verts, les dernières friches, les derniers potagers, les derniers espaces collectifs. On se prépare à construire des logements de luxe sur campus de la plaine (ULB, VUB), une méga prison à Haren, des logements moyens sur le Chant des Cailles.

Pourtant, dans un monde idéal, il y aurait la possibilité reconvertir des bureaux vides en logements (AXA hum hum). Et si les pouvoirs publics ne peuvent rien pour nous, parce que ces terrains sont privés (ou privatisés, hippodrome hum hum) peut-être nous faudra-t-il prendre des pancartes, fouler les pavés, et aller faire entendre nos voix sur le Boulevard du Souverain.

De plus, si l’on utilisait nos sous pour améliorer la mobilité (RER hum hum) peut-être que cela me dérangerait moins d’aller habiter hors de Bruxelles et de pouvoir y travailler sans devoir polluer pour arriver au boulot. Peut-être qu’il est temps de dépasser les clivages construire/rénover, béton/pas béton. Peut-être qu’il est temps d’amener à la table de la construction, une réflexion sur la mobilité et pourquoi pas une réflexion sur notre politique internationale. De par la colonisation débutée 19ème siècle, la demande de main d’oeuvre au 20ème, et les guerres provoquées au Moyen-Orient au 21ème, ne sommes-nous pas la cause de notre propre « pression démographique ».

Je m’égare peut-être, mais je crois sincèrement qu’il est temps d’en parler sérieusement, tous ensemble, collectivement. Paumés of the world, unite !


capture-decran-2016-12-01-a-15-11-32Concours What for. Si tu trouves où a été prise cette photo (réponse en commentaire), tu as droit à un atelier d’écriture gratuit.

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
49Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Comments

  1. Pecheur Marianne

    Bonjour, je viens de lire votre article et tout comme vous j’habite la commune depuis ma naissance, j’y suis née( dans le Logis), j’y ai passé mon enfance(avenue Calypso), puis les aléas de la vie m’ont menée des Trois Tilleuls vers la rue des Bégonias, puis rue des Cannas et enfin rue Auguste Beernaert(coin du Balai).
    J’ai eu beaucoup de chance car nos enfants n’auront pas cette possibilité d’acheter à Watermael Boitsfort. Notre fille aînée a acheté à Dilbeek, la deuxième à Vilvorde et la troisième un appartement minuscule à Etterbeek.
    Dans le Coin du Balai beaucoup de maisons(minuscules) vendues à des prix exorbitants. Mais quand on en fait l’analyse ce sont essentiellement des gens de l’Europe qui achètent(allemands, anglais, Polonais…). Je soupçonne l’Union Européenne de mettre la main à la poche et c’est pour cela que les prix sont vraiment démesurés. Quand auront nous une régulation des prix à ne pas dépasser, je sais que chacun est libre mais il y a des limites qu’il ne faudrait pas franchir.
    …. Les politiques ne prennent ou n’osent pas prendre de décisions, à la belge.
    Je pourrais encore m’étendre sur le sujet mais….

  2. Rudolf le Plouc

    C’est pas mal comme article.
    à vous lire je suis un paumé propriétaire d’un appartement bcp trop petit pour une famille sur Boitsfort.
    Comme bcp de paumés propriétaires, je ne suis pas dans la capacité de revendre ce bien afin d’en trouver un plus viable pour une tribue.
    Comme bcp la commune n’a rien pu faire pour moi.
    Comme bcp, je suis répugné par le prix des nouveaux appartements >250k
    Comme bcp, je veux bien quitter cette ville mais j’aimerais pouvoir venir y bosser sans xanax.

Pingbacks

  1. Boitsfort, commune de riches ? - What for

Leave a Reply