Action « papillons » à Watermael-Boitsfort, la réaction d’un participant

16196593_10158117495705191_2009092251_o

Dans la nuit du 22 au 23 janvier, un groupe de citoyens/activistes/boitsfortois se sont baladé dans les rues de la commune pour couvrir les panneaux publicitaires dédiés aux salon de l’auto de « papillons ». Leur objectif était d’éveiller les consciences sur l’omniprésence de la publicité (et quelles publicités!) dans la commune. Un participant nous raconte son ressenti par rapport à l’expérience. 


Combien étaient-ils, ce soir-là, à se mettre en route ? Nous ne le saurons jamais. Une seule certitude, ce n’était pas un homme seul, une femme seule qui est partie ce soir-là braver la froidure pour coller des papillons sur les publicités des abribus de la commune. Toutes les publicités ? Non, celles des voitures seulement. En ce temps de salon de l’auto, ils semblaient avoir décidé de remettre l’une ou l’autre de nos pendules à l’heure, puisqu’à côté des papillons, on pouvait lire ceci :

Nous le savons. Et pourtant…
On nous l’a assez dit : la publicité s’invite à notre insu, et crée des envies que nous n’aurions pas sans elle. La publicité tente de faire de nous des consommateurs à tout va. Et nous y allons ?
On nous l’a assez dit aussi : Le CO² est le principal responsable du réchauffement climatique. Le CO², pour 20%, c’est nous, et nos chevaux-vapeur. Quand nous prenons nos voitures, nous enclenchons « l’effet papillon », rejet de CO², réchauffement, catastrophes naturelles pour des populations déjà fragilisées, exil, migration vers un autre rejet, de nos frères humains.
Le CO², c’est aussi le rejet de particules fines et ses conséquences : problèmes de santé publique et plus de 400.000 décès par an en Europe. 

Nous le savons. Et pourtant…
On nous demande de faire comme si… Comme si nous ne savions pas. On nous demande de consommer. Encore et encore. Tout. Et surtout cet objet destructeur : la voiture. Tous les moyens sont bons pour nous mettre l’eau à la bouche. Oh oui, pour inventer la phrase alléchante ils sont imbattables. Bravo les publicistes !

Mais
Il ne tient qu’à nous. De faire comme si… ou non.
Ces papillons vous proposent de regarder les publicités autrement, plus clairement, plus consciemment. Ces papillons vous proposent aussi de chercher un autre modèle de mobilité, pour un autre modèle de société, plus humain, plus respectueux, plus durable ; ces papillons vous proposent de lancer un autre « effet papillon », vers d’autres possibles.

Emportez-les, ils sont à vous. Créez vos phrases sur un papillon vierge !

De fait, il y avait des papillons vierges ; il y avait surtout des papillons sur lesquelles on pouvait lire des slogans, beaucoup de slogans différents, tantôt doux, tantôt durs, souriants quelquefois, interpellant toujours. Alors, le lendemain matin, c’était un lundi je m’en souviens, les navetteurs ont regardé ces panneaux publicitaires, mais pas pour y voir la publicité, pour lire les papillons, et les emporter.

Des papillons contre des autos : une certaine façon d’interroger le monde. Merci à celles et ceux qui nous les ont offerts.


16196426_10158117497110191_1032352536_o

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook28Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Pingbacks

  1. 06/11: rencontre autour de la création d'un panneau "non-publicitaire" - What for

Leave a Reply