Enquête sur le pain: What For vous a interrogé. Kes ça dit ? [Résultats, graphiques et cartes]

Marie a mené une enquête sur la consommation de pain à Watermael-Boitsfort. Elle a notamment créé un questionnaire sur Internet et a obtenu 88 réponses. Comme on est très sérieux à What for, elle vous fait part des premiers résultats de manière scientifique.  


Abstract : Dans cet article, nous désirons apporter une réflexion scientifique des plus sérieuses sur la consommation du pain dans la commune de Watermael-Boitsfort. Il s’inscrit dans une réflexion plus générale émanant du milieu académique sur l’importance d’une alimentation saine pour l’être humain à Bruxelles et dans d’autres endroits sur la planète.

Note de bas de page pas en bas de page : même si le texte qui suit se veut être un pastiche d’un article scientifique pour rire, les résultats eux sont réels et tirés d’un sondage réalisé en ligne.


Problématique : Législations et appellations (non-)contrôlées

Ce k’est-ce kon voulait savoir, c’est si les habitants de Watermael-Boitsfort, très impliqués dans les réflexions sur l’alimentation durable, les circuits courts, etc., s’éloignaient des grandes surfaces pour se fournir en pain. Car ne serait-ce pas terrible d’acheter un pain produit en Pologne puis transporté en camion jusque dans les congélateurs des grandes surfaces où on y appose une étiquette “frais du jour” ? J’exagère ? Pas sûr. Car même si ce non-sens a été dénoncé dans un reportage de Questions à la Une en 2013, à l’heure actuelle aucune législation n’encadre les appellations “frais du jour ou “cuit sur place”. Et mêmes si certains patrons de grands groupes affirment que leurs pains sont entièrement fabriqués en Belgique, qu’en est-il de leur composition et de leur valeur nutritionnelle ? Rappelons également qu’en Belgique, l’appellation “boulangerie-pâtisserie” n’est pas protégée. On peut donc simplement vendre du pain préparé ailleurs et indiquer sur sa vitrine “boulangerie”. Puisque (presque) tout le monde mange du pain au moins une fois par jour, ce serait quand même intéressant de savoir d’où il vient et ce qu’il y a dedans.


Revue de la littérature : Qu’est-ce que le pain

La recherche académique a démontré à de nombreuses reprises que le pain est un aliment que les gens mangent en Europe et ailleurs (Banque Alimentaire Mondiale, 2008: 470-474). En plus de cela, le pain est nourrissant car réalisé à base de farine, souvent de blé mais pas toujours (Boulanger et al., 2019: 260-270). Enfin, le pain se vend dans différents endroits (Organisation Mondiale du Commerce, 2014: 26).


Méthodologie : Une enquête quantitative

What For vous a proposé un sondage en ligne en trois questions, qui avait pour but d’identifier les commerces où l’on achète son pain à Watermael-Boitsfort. Nous vous avions proposé une liste de commerces, laquelle pouvait être complétée. 88 personnes ont répondu à notre sondage. L’analyse des résultats est agrémentée de données récoltées sur Internet.


Résultats : Ensemble, les petites boulangeries dominent les grandes surfaces 

La Charlotte Royale (quartier du Dries) sort grande gagnante de notre sondage et ce juste devant les grandes surfaces. Sur la dernière marche du podium nous trouvons Bairin, situé place Keym. Sans analyser les raisons qui poussent les habitants à choisir telle ou telle enseigne, nous pouvons aisément supposer que ce sont surtout des raisons pratiques qui les orientent vers les grandes surfaces et non les qualités gustatives du pain.

Figure 1. En graphique ça donne quoi ? Ca ! 

Mais comme expliqué précédemment, même les “boulangeries” ne font pas forcément leur pain sur place et c’est bien dommage que la production de ce bien de consommation de base ne soit pas protégée. Comment s’y retrouver ? Interrogez votre boulanger, votre boulangère ou rendez-vous sur le site de Tartine et Boterham. Ce site, créé par une bande d’amateurs de pain, a répertorié les artisans boulangers de Bruxelles en fixant une série de critères. Faites-y un tour, vous pourriez être surpris.e !

Petite précision : revendre du pain n’est pas une mauvaise chose lorsque celui-ci est fabriqué par des artisans et que la provenance est indiquée dans le magasin en question. Exemples :

  • Le Relais du triporteur (Rue Middelbourg), provenance : Agribio (atelier situé à Auderghem).
  • Chez Josy (Keym) : Agribio, également.
  • Magasin Séquoia (Keym) : Agribio, Le Bon Pain et Benoit Segonds.

Conclusions : Restons vigilants sur la provenance de notre pain

À l’heure où les smoothies, lunch detox, salad bars et graines en tous genres ont la quote, on peut également rester attentifs à la provenance et la production des aliments que nous achetons. Tâchons de rester critiques face à l’utilisation du mot “bio” et “artisanal” et réalisons que derrière un geste si simple que d’acheter un pain se trouve une série d’enjeux particulièrement actuels.

Enfin, la meilleure façon de connaître le procédé de fabrication et les ingrédients utilisés pour votre pain est encore de le faire vous-même. Pour ce faire vous aurez besoin de farine, d’eau, de sel, de levure et de quelques heures de patience.

Marie. 


Pour connaître les boulangeries les plus proches de chez vous :
(Les adresses en vert sont répertoriées sur le site “Tartines et Boterham” comme boulangeries artisanales)


Et pour revoir l’émission de Questions à la une sur le pain : https://www.youtube.com/watch?v=LSg4uxCZ3AE.


 

Print Friendly, PDF & Email
Pour partager cet article:
Share on Facebook
Facebook
0Tweet about this on Twitter
Twitter
Email this to someone
email
Print this page
Print

Leave a Reply